La tendance est à la décentralisation. Et si cela concernait aussi les cultures industrielles ? C’est en tout cas le pari que fait ABN et le réseau bio en travaillant depuis près de 2 ans sur la structuration d’une filière sucrière locale et territorialisée. On vous explique tout.

L’absence de valorisation en Agriculture biologique de la betterave sucrière a longtemps été un véritable frein à la conversion de nombreux producteurs normands, dont le terroir en fait une culture emblématique. Ce frein est progressivement en train d’être levé. En 2016, l’Association Bio Normandie a en effet commencé  un travail de création d’une filière sucre de betteraves bio comme levier au développement des surfaces bio sur le territoire. En partenariat avec le réseau bio national, une méthodologie autour de 3 axes d’actions a ainsi été mise en place :

  • identification d’un itinéraire technique stabilisé pour la production,
  • prospection de nouveaux moyens d’extraction plus économes et plus adaptés aux volumes des betteraves bio,
  • identification des circuits de commercialisation et des futurs débouchés pour le sucre bio extrait.

Quatre producteurs normands sont aujourd’hui engagés dans les expérimentations culturales pour la campagne 2018. Ces mêmes producteurs ont présenté en fin de campagne 2017 des résultats très encourageants avec des taux de sucre de 19% pour des rendements estimés entre 45 et 60 t/ha.

Dans un même temps, avec l’appui de l’Institut Supérieur d’Agriculture de Lille, une méthode d’extraction a été testée présentant des résultats tout à fait intéressants compte tenu des objectifs annoncés : une extraction plus économe pour une unité de transformation territorialisée adaptée aux volumes d’un territoire plus restreint pour limiter les couts de transport.

En parallèle, un sondage national destiné aux industries agroalimentaires consommatrices de sucre bio a permis de révéler l’étendue du marché selon les types de sucre utilisés par ces entreprises. Des tests culinaires et la création de nouvelles recettes à partir du sucre bio extrait des betteraves bios 2017 sont actuellement en cours chez les entreprises partenaires du projet.

Fort de ces résultats, l’idée d’une filière de sucre bio locale et équitable fait progressivement son chemin dans le pragmatisme économique du territoire.