Le développement de filières biologiques locales passera par le développement de la consommation de produits biologiques locaux. Pour mesurer cette consommation, l’Agence Bio (l’Agence française pour le développement et la promotion de l’Agriculture Biologique) publie chaque année, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture, un baromètre de consommation et de perception des produits biologiques. L’échantillon est composé d’un panel de 2 000 français âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population nationale.

Une tendance durable accélérée par les nouvelles générations

Ce baromètre révèle une stabilisation à un niveau élevé de la consommation de produits biologiques :

  • 71 % des français consomment des produits biologiques au moins une fois par mois
  • La part des consommateurs réguliers (consommant des produits biologiques au moins une fois par semaine) révèle une forte hausse (47 % en 2019 vs 37 % en 2015)
  • Les jeunes générations intègrent spontanément les produits biologiques dans leur alimentation (72 % des 18-24 ans et 78 % des 25-34 ans sont des consommateurs réguliers)
  • La part des nouveaux consommateurs de produits biologiques (depuis moins d’un an) a quasiment doublé en deux ans (16 % en 2019 vs 9 % en 2017)
  • La part de consommateurs quotidiens se stabilise (14 % en 2019)

Top 5 des raisons invoquées par les consommateurs de produits biologiques

Pour préserver sa santé (59 %)

Pour la qualité, le goût des produits (51 %)

Pour préserver l’environnement (lutte contre le réchauffement climatique, protection de la terre) (45 %)

Plus grande disponibilité des produits biologiques dans les lieux d’achats habituels (34 %)

Pour le bien-être animal (34 %)

Des habitudes alimentaires en évolution

Plus de la moitié des français (58 %) ont modifié leurs habitudes alimentaires au cours des trois dernières années. Ce chiffre atteint même 64 % chez les 25-34 ans.

Top 5 des évolutions citées par les consommateurs

En limitant les pertes et le gaspillage (59 %)

En achetant plus de produits frais (58 %)

En achetant plus de produits de saison (56 %)

En privilégiant les produits locaux et les circuits-courts (54 %)

En cuisinant davantage (47 %)

En 2019, 79 % des consommateurs reconnaissent ne suivre aucun régime alimentaire particulier. Seul le régime flexitarien a connu une forte hausse (11 % en 2019 vs 5 % en 2018). Le régime végétarien se stabilise (5 % en 2019).

Un besoin d’information et de transparence toujours plus fort

Le logo français AB (marque détenue par le Ministère de l’Agriculture) affiche toujours une très forte notoriété puisque 97 % des français le connaissent. Le logo européen dénommé « Eurofeuille » continue sa progression et atteint 63 % (contre 37 % en 2015). Ce chiffre monte même à 73 % chez les 18-24 ans.

Malgré cette connaissance, l’indice de confiance des français quant à l’information fournie sur les produits biologiques diminue (5,9/10 en 2019 vs 6,1/10 en 2018). Les français estiment ne pas avoir assez d’informations sur :

  • La réglementation en agriculture biologique (62 %)
  • Les contrôles en agriculture biologique (60 %)

Cette relative baisse de confiance peut être attribuée à l’explosion du marché des produits biologiques qui génère des doutes sur leur traçabilité. 

Produits biologiques et proximité, un pari gagnant

Les grandes et moyennes surfaces (GMS) restent le lieu d’achat privilégié malgré une baisse par rapport aux années précédentes (77 % en 2019 vs 81 % en 2018). Viennent ensuite les marchés (27 %), les magasins spécialisés (24 %), les artisans (23 %), la vente directe à la ferme (20 %) ou encore les commerces de proximité (19 %).

Les consommateurs souhaitent que l’offre en produits biologiques se développent principalement chez les artisans (48 %), sur les marchés (45 %), dans les commerces de proximité (37 %) ou encore chez les producteurs (29 %). La demande la plus élevée restent en grandes et moyennes surfaces mais là encore, ce chiffre est en diminution (66 % en 2019 contre 70 % en 2018).

Parmi les artisans, les français souhaitent que l’offre en produits biologiques se développent principalement chez :

  • Les boulangers/pâtissiers (76 %)
  • Les primeurs (72 %)
  • Les bouchers/charcutiers (72 %)

Les spécificités normandes

Le baromètre permet de dégager quelques différences de consommation entre l’ensemble des français et ceux domiciliés sur le territoire normand.

A l’échelle nationale, 71 %  des français consomment des produits biologiques au moins une fois par mois mais ce chiffre descend à 60 % pour les consommateurs normands, ce qui classe la Normandie en dernière position sur l’ensemble des régions françaises. Les deux premières régions arrivant en tête sont la Provence Alpes Côte d’Azur (78 %) et l’Île-de-France (77 %).

Néanmoins, 15 % des normands consomment des produits biologiques tous les jours, chiffre légèrement supérieur à la moyenne nationale (14 %). De plus, les nouveaux consommateurs de produits biologiques (moins de 1 an) sont surreprésentés en Normandie. En effet, tandis qu’ils représentent 16 % de l’ensemble des consommateurs nationaux, ils sont 26 % à l’échelle normande soit la part la plus élevée de l’ensemble des régions françaises.

Freins à la consommation de produits biologiques

 ENSEMBLENORMANDIE
Les produits biologiques sont trop chers80 %86 %
Vous avez des doutes sur le fait qu’ils soient totalement bio66 %63 %
Vous n’avez pas le réflexe d’en consommer29 %30 %
Vous avez votre propre potager25 %29 %
L’offre en produits biologiques ne correspond pas à vos besoins24 %22 %
Par manque d’informations sur les produits biologiques18 %21 %
Vous n’en trouvez pas sur vos lieux d’achats habituels15 %6 %
Par manque d’animations/de possibilité de goûter les produits bio en magasins14 %23 %

Les normands insistent davantage sur la cherté des produits biologiques, sur l’autoproduction ainsi que sur le manque d’animations en magasin. En revanche, peu d’entre eux soulignent le manque d’offre de produits biologiques sur leurs lieux d’achat habituels (6 % des normands vs 15 % à l’échelle nationale).

Comparaison des lieux d’achat des produits biologiques

 ENSEMBLENORMANDIE
Grandes et moyennes surfaces77 %69 %
Marchés27 %14 %
Magasins spécialisés24 %15 %
Artisans23 %23 %
A la ferme20 %19 %
Commerces de proximité19 %17 %
Drive6 %10 %

Les normands privilégient moins les circuits « classiques » de distribution. La différence se révèle particulièrement importante pour les marchés et les magasins spécialisés.

La connaissance des logos liés à l’Agriculture Biologique est plus faible en Normandie. En effet, seulement 48 % des consommateurs normands reconnaissent les deux logos (AB français et européen) alors que la moyenne nationale se situe à 63 %. Globalement, la différence résulte non pas de la connaissance du logo AB français mais bien du logo européen. Effectivement 50 % des consommateurs normands reconnaissent le logo européen alors que la moyenne nationale affiche 63 %.

Perspectives et avenir de la consommation de produits biologiques

Les consommateurs envisagent majoritairement de maintenir leurs consommations de produits biologiques dans les six prochains mois (70 %). Un consommateur sur cinq à l’intention de l’augmenter (20 %).

Parmi les consommateurs qui ont l’intention d’augmenter leurs consommations de produits biologiques dans les six prochains mois, les produits les plus cités sont : les fruits et légumes (59 %), les fromages (46 %), la volaille (43 %), les pâtes, riz et autres céréales (41 %), les autres produits laitiers (41 %), le porc (38 %), les œufs (38 %), le bœuf (37 %), les poissons, coquillages et crustacées (36 %), le pain (35 %) et le lait (35 %).

Parmi les consommateurs qui envisagent d’augmenter leurs consommations de produits biologiques, les trois principales raisons sont :

  • Meilleur pour la santé (38 %)
  • Respect de l’environnement (19 %)
  • Manger mieux et plus sain (11 %)
  • Ne se prononcent pas (21 %)

Parmi les consommateurs qui ont l’intention de maintenir leurs consommations de produits biologiques, les trois principales raisons sont :

  • Santé/bien-être (17 %)
  • Ne change pas ses habitudes alimentaires/ bien avec sa consommation actuelle (16 %)
  • Pour des raisons budgétaires (10 %)
  • Ne se prononcent pas (37 %)

Parmi les consommateurs qui ont l’intention de diminuer leurs consommations de produits biologiques, les trois principales raisons sont :

  • N’y croit pas/n’a pas confiance (22 %)
  • Trop cher (19 %)
  • N’en consomme pas ou peu (6 %)
  • Ne se prononcent pas (47 %)

Ce nouveau baromètre confirme que les français cherchent à consommer différemment et la consommation de produits biologiques s’inscrit dans cette logique. Cette évolution est observée dans toutes les tranches d‘âge et particulièrement chez les jeunes consommateurs. La consommation de produits biologiques ne constitue pas la seule évolution. Elle est corrélée à un besoin de proximité et à une évolution des régimes alimentaires.

Source : Etude Spirit Insight pour l’Agence Bio